L'eau du lac n'est jamais douce

Giulia Caminito

Éditions Gallmeister

  • 25 juin 2022

    Jours de colère

    "L'eau du lac n'est jamais douce" est un roman âpre qui raconte l'enfance de Gaïa, une gamine des quartiers périphériques de Rome. Ce texte qui s'inscrit dans la tradition du roman social, nous parle d'une colère qui enfle peu à peu et se nourrit des expériences -souvent décevantes- de la vie.
    Un texte rugueux qui dégage une énergie redoutable et qui confirme, une nouvelle fois, la vitalité de la littérature italienne féminine.


  • Conseillé par (Librairies de Port Maria)
    20 avril 2022

    En colère

    Gaia est une jeune adolescente à part, d’une grande maturité - presque trop. Elle nous raconte sa vie, sa mère, Antonia Colombo, pilier du foyer familial, d’une droiture exemplaire et d’une exigence sans failles. C’est elle le Pater familias, son mari est infirme à la suite d’un accident du travail, le fils ainé est très vite mis au ban, sur injonction d’Antonia elle-même. Quant aux frères jumeaux, ils devront suivre sans trop s’appesantir sur leur sort.
    Gaia fait état de ce quotidien précaire, miné par les vicissitudes de la vie. Elle tâche de filer droit, en suivant les préceptes de sa mère, à savoir ne compter que sur elle. Elle affronte les tourments de l’adolescence, faite d’amitiés fortes et bouleversées, de déconvenues amoureuses et d’un manque d’estime d’elle-même ravageuse. Progressivement toutes ces frustrations se muent en colère. La colère de Gaia est terrible, elle est tapie là en elle, prête à bondir dès que le besoin se fait sentir. Elle se méprise alors et ce sentiment ne fait que s’enkyster. Parviendra-t-elle seulement à dompter cette souffrance voire à s’en affranchir ?
    La colère irrigue ce roman, une colère noire, brutale, violente et à certain égard nécessaire. Un roman qui émeut par sa justesse et par ce personnage de Gaia d’une intransigeance et d’une lucidité redoutables.