Les voleurs d'innocence

Sarai Walker

Éditions Gallmeister

  • Conseillé par (Librairie La Galerne)
    10 février 2024

    Une malédiction s'abat sur les sœurs Chapel qui, à peine mariées, sont enterrées. A chaque décès restent le chagrin, les questions et la peur, surtout pour celle qui sait être la prochaine. Iris, la cadette est bien décidée à rompre avec cette lignée de femmes qui se sont heurtées à la loi des hommes et au surnaturel.
    Largement influencé par la peinture de Georgia O'Keeffe, ce roman à l'ambiance gothique et envoûtante porte haut la voix du féminisme. J'ai adoré !


  • Conseillé par
    1 février 2024

    Un angoissant parfum de fleurs...

    Il était une fois six soeurs aux prénoms de fleurs. Elles vivaient aux Etats-Unis dans les années 50, dans le confort d’une magnifique demeure victorienne. Elles auraient pu être heureuses mais une malédiction les étouffait. Le mariage pouvait leur coûter la vie. Or, dans les années 50, comment fuir la maison familiale sans se marier quand on est née fille ? Un irrésistible roman psychologique et surnaturel, une réflexion sur la construction d’une oeuvre artistique et l’histoire poignante de femmes décidées à échapper à leur destin.


  • Conseillé par (Librairies de Port Maria)
    28 septembre 2023

    Follement captivant

    Les sœurs Chapel sont six, et ont de jolis prénoms. Filles de l'homme à la tête d'une entreprise d'armes à feu célèbre, le peu avenant Henry Chapel, les voilà promises à un avenir "radieux", bien conventionnel. Et pourtant... le sort semble s'acharner sur la destinée de chacune d'entre elles. À peine mariée, l'aîné Aster va succomber. Mais de quels maux ? Cette tragédie est-elle vouée à se perpétuer sur la fratrie ? Leur mère Belinda, sorte de pythie fragile, paraît être la seule à savoir... adoubée par la petite dernière, Iris, très rapidement mis au ban par les autres.
    Mystère et étrangeté nous happent dès les premières pages de ce roman aux forts accents gothiques. On suit envoûtée la trajectoire de chacune de ces jeunes filles confinées dans un huis clos étouffant où le désespoir et la langueur côtoient un certain désœuvrement. Un père absent et autoritaire, une mère rapidement évincée pour sa supposée folie. Chacune des jeunes filles dépeintes semblent tout droit sorties des peintures pré-raphaélites ("l'Ophélie" de John Everett Millais siérait à merveille à l'une des sœurs, Daphné). Des femmes à la destinée funeste.
    La cruauté du conte matinée de fantastique, voilà la jolie prouesse de Sarai Walker ! Une réussite du genre et une belle surprise de lecture pour ma part !


  • Conseillé par
    25 août 2023

    Dans les années 50, proche de New York, vit la riche famille des Chapel. Le père est fabricant d'armes, ne fréquente que des gens de ce milieu et s'enferme dans ses affaires. La mère Belinda, vit avec ses fantômes et ses mauvais présages, souvent prise pour folle par ses 6 filles. Pourtant quand le pressentiment de Belinda sur le mariage de sa fille ainée se réalise, la vie de cette famille bascule. Dans ce roman où naitre femme est synonyme de malédiction, l'autrice nous enveloppe d'une atmosphère pesante. Le mariage, qui à cette époque est un symbole d'accomplissement, devient ici la cause de tous les maux. Un véritable page-turner féministe.
    Alexia


  • Conseillé par (Librairie L'Armitière)
    23 août 2023

    Un conte féministe aux allures gothiques

    "Les voleurs d'innocence" c'est l'histoire d'une malédiction qui s'abat sur les femmes de la famille Chapel.
    Dans ce roman nous allons suivre l'histoire d'Iris et de ses sœurs.
    Un jour Aster, l'aîné, se marie puis succombe immédiatement à une maladie. Iris va essayer de comprendre la malédiction jusqu'à se détourner de sa famille..

    Ce roman est une sorte d'ovni : entre conte gothique et roman féministe, il dénonce les mœurs des années 50.
    L'intrigue est divisée en plusieurs chapitres, suivant les mésaventures des sœurs, ce qui rend la lecture dynamique et rythmée.
    Coup de cœur pour ce roman qui dénonce la condition des femmes au XIXème siècle !