Manières douces, Nouvelles
EAN13
9782918135050
ISBN
978-2-918135-05-0
Éditeur
Éditions Dialogues
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
144
Code dewey
843
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


De l’amour, Profane Lulu connaît les recoins. Du sexe il connaît les joies et les pièges. Il se voudrait Princedu désir toujours recommencé. Mais il sait que le bonheur est à facettes et qu’il faut souvent le retourner pour qu’il saisisse la lumière. Il en donnera donc quinze récits. Qu’il écrive pour Adèle, qu’il soit complice de Norbert et Adeline, qu’il soit Victor Hugo ou Belami, qu’il arpente la ville ou la vigne, il est au jeu de l’amour comme chez lui.
Souvent il n’y comprend pas grand’chose, mais son désir de bien aimer est fort. Il se veut élégant et charnel pour lui-même et ses amours, pour autant, le plaisir des autres ne le rebute pas, au contraire, même, Profane le traque comme la plus belle leçon des choses de la vie.
Sous les draps, sous le ciel immense, dans les fanfreluches de la dernière mode ou dans la plus grande nudité, des hommes et des femmes se cherchent, se trouvent sous son regard tendre et amusé. Quand il n’est pas lui-même en scène, c’est simplement qu’il a besoin d’un peu de répit.

Une version électronique est disponible gratuitement grâce à un code 2D inclus dans le livre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

27 janvier 2010

J'ai tout lu Lulu et bu en entier Hervé Hamon. J'ai adoré les deux. Ils sont magnifiques, formidables et pleins de talent.

Lire la suite

Mais qui est Profane Lulu ?

La lettre de Profane Lulu

Salut,

Laissez moi sortir du placard et vous dire que Profane Lulu, c'est moi. Ses "Manières douces", publiées par Dialogues, sont les miennes et le beau Profane n'est qu'un personnage de plus dans ma collection.

On peut aujourd'hui écrire d'amour librement dans un livre, point n'est besoin de se cacher. Je ne me suis pas privé de le faire dans le passé et j'aurais tout à fait pu signer "Manières douces" de mon nom. Je ne l'ai pas fait par jeu, pour m'inscrire dans une tradition qui a longtemps voulu que les auteurs de textes d'amour et de sexe se voilent la face pour cacher leur audace et plus sûrement pour s'éviter quelques ennuis.

Et puis il faut avouer que l'oulipien que je suis a eu le plus grand plaisir à brasser les lettres de son nom pour sortir du chapeau d'anagrammes le joli Profane Lulu.

Aurais-je écrit les mêmes textes que lui? Je l'ignore mais j'imagine que mon clavier a été aussi le sien et que sa contribution est réelle. Sans lui, en tout cas, je n'aurais pas connu Adèle et je n'aurais pas su si bien l'habiller et si bien la décrire.

Ce choix est également et plus secrètement, celui d'une sourde inquiétude. Le politiquement correct, l'écologiquement correct, le sexuellement correct me terrifient et je vois trop bien comment à leur traîne risquent de ressortir les vieux serpents de la censure. Ils auront sans doute une nouvelle sorte de venin, une nouvelle longueur de queue et un nouvelle couleur de peau, mais on les reconnaîtra.

Alors pour le moment, je joue mais je souhaite que ça dure.

Paul Fournel

Paul Fournel nous parle de son livre "Manières douces" (Éditions-dialogues.fr) dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup.


Entretien avec Profane Lulu

Entretien avec Profane Lulu réalisé en mars 2010, à l'occasion de la parution de son recueil de nouvelles : "Manières douces" (editions-dialogues.fr)

Manières douces est un recueil de nouvelles érotiques piquantes, mais n’est-ce pas avant tout le mystérieux sentiment amoureux qui est mis à l’honneur dans chacune de ses 15 nouvelles ?

C'est le bon vieux sentiment amoureux, en effet, qui est mis en scène, mais avec toute sa chaude relation au sexe, au désir, au jeu. Le sentiment amoureux est aussi logé dans la peau et dans les jolis recoins sombres des corps aimés. C'est là que je vais le débusquer.

La nouvelle se prête-t-elle bien à la littérature érotique ?

Si l'amour est fait de moments de complicité, de regards échangés, de caresses surprises, de rires partagés, de petits gestes de bonheur et de longues étreintes, il est un recueil de nouvelles.

Profane Lulu, vous êtes l’auteur de ce recueil, mais aussi acteur ou spectateur de ces quinze saynètes doucement érotiques, qui êtes-vous ?

Je suis celui qui aime aimer et qui aime le spectacle de l'amour.

Comme le sexe, chaque nouvelle de votre recueil est un jeu. Je pense en particulier à « Ciné-roman ». Pouvez-vous nous en dire plus sur cette histoire toute poétique ?

Il n'y a pas d'amour sans jeu. Il n'y a pas d'amour sans histoire. Il n'y a pas d'amour sans les histoires de l'amour. Chaque amour s'inscrit à sa façon dans une vaste histoire des amours. Chaque passion porte en elle la trace de toutes les passions. Cette nouvelle tente de placer l'amour que se portent les deux personnages dans la grande chaîne amoureuse, la chaîne des gestes recommencés que la littérature conserve dans ses plus beaux moments. C'est cette quête-là qui est la règle de leur jeu amoureux. S'aimer, c'est toujours s'aimer comme on s'aime et s'aimer comme Victor Hugo aimait, comme aimaient Baudelaire et la Princesse de Clèves.

Adèle, personnage au prénom si doux. Est-ce une muse, un modèle qu’il vous plaît, Profane Lulu, de défeuiller et d’habiller en même temps ?

Adèle au doux prénom est celle que l'on habille pour mieux déshabiller. Profane est styliste parce que rien n'est plus voluptueux que d'inventer le bel habit qu'il devra retirer ensuite dans l'impatience du désir qu'il vient soigneusement de construire. Adèle est peut-être une muse, mais elle est surtout le clair sujet d'un désir. Elle en joue.

Le désir charnel semble emprunter des voies impénétrables et peut naître dans des endroits aussi improbables que peu adaptés, tels que le métro ou la place des Vosges, est-ce un matériau littéraire riche, inépuisable et… amusant ?

Bien sûr que ce jeu est amusant. L'amour est partout où l'amour se trouve : aimer est une activité à temps plein et le désir de l'autre, mêlé au désir de le surprendre, peut surgir à chaque seconde, dans les endroits les plus incongrus, selon les règles les plus fantaisistes. Je me sers de ce côté bondissant du désir pour créer des situations cocasses, inattendues, risquées parfois, mais drôles...

On lit ce recueil avec un sourire en coin, à la fois coquin et amusé. L’humour aide-t-il à parler d’érotisme sans tabou ni vulgarité ?

Les belles amours sans humour sont-elles vraiment de belles amours? L'amour qui donne si bien envie de pleurer, ne donne-t-il pas aussi envie de rire?

Il est évident que cet humour est une arme contre la tristesse du désamour et le sombre ennui du sexe mal raconté.

Profane Lulu, avez-vous une confession à nous faire ?

Oui. Je ne suis pas moi.

C'est Paul Fournel qui m'a créé de toutes pièces pour avoir le plaisir d'être au même moment personnage et auteur, acteur et voyeur, simple et double à la fois.
Il m'a créé aussi – je lui en ai longuement parlé – pour jouer avec la tradition qui voulait que les auteurs de textes coquins se cachent derrière des pseudonymes. Il a choisi le sien transparent (il a brassé les lettres de son nom), il a ajouté des allusions (cherchez-les!) qui montrent clairement qu'il joue à se cacher et ne se cache pas vraiment.
Mais ce jeu cependant masque tout de même une sourde inquiétude et voudrait ne pas être prémonitoire d'une montée fâcheuse du sexuellement correct. Le politiquement correct, l'écologiquement correct et le sexuellement correct risquent fort d'être bientôt les nouvelles plaies du monde. Faudra-t-il, dans un avenir proche, de nouveau se masquer? « Manières douces » est un petit remède préventif, une simple piqûre de rappel au plaisir.


Rencontre avec l'auteur Paul Fournel, à l'occasion de la publication de son recueil de nouvelles érotiques Manières douces sous le pseudonyme Profane Lulu, chez editions-dialogues.fr.

© editions-dialogues.fr

Article du Républicain Lorrain

Paru le 14 février 2010

Quand Valentin se fait coquin, l’occasion est bonne pour offrir ou s’offrir un peu de littérature pimentée. Saluons d’abord un petit bijou de quinze nouvelles polissonnes. L’écriture, raffinée, multiplie les agaceries et sait soigner la chute.


"espiègle, vif, amusant..."

Publié sur Chocolat Cannelle le 5 mars 2010

C'est espiègle, vif, amusant, et c'est une excellente surprise. Dialogues fait une entrée remarquable dans l'édition avec ce recueil de nouvelles érotiques, grivoises, légères, douces et cocasses. On s'amuse à sa lecture, c'est piquant, et on aimerait lire de tels écrits plus souvent.

Profane Lulu, tour à tour styliste et poète, se met en scène, se cite lui-même, affirmant par exemple « Toutes les femmes ont droit au plus grand plaisir sexuel, soutenait Profane Lulu, mais je préfère que ce soit avec moi. » ou disparaît entièrement, créant des personnages de femmes qui choisissent et mettent en scène l'acte sexuel : celle qui escalade la montagne en jetant une à une les couches successives de ses vêtements, celle qui écrit un scénario scène à scène de son dépucelage mais que son amie réalise à sa place, celle qui prend la barre qui la soutient dans le métro pour un accessoire de pole-dance...

Beaucoup d'humour dans ces quinze récits que les éditions Dialogues proposent, en plus du volume papier, de retrouver en téléchargement. Le numérique comme complément de l'édition traditionnelle.


"Avec un brin de tendresse..."

Article de Nicolas Gary, paru le 1er mars sur actualitte.com

Avec un brin de tendresse, il est toujours plus joli de parler de fesses et de sexe, et plus particulièrement quand on demande à Profane Lulu de s’y mettre. Profane, c’est un homme qui aime les belles choses, et aurait tendance à ne pas s’en cacher. En outre, il sait habiller les femmes comme personne, touchant à chaque détail vestimentaire pour lui donner un sens éclatant. Il parle d’amour comme il le fait : avec grâce et poésie. Et s’il se tait un instant, il laisse à d'autres le soin de nous raconter leurs périples.

Il y a par exemple cette fille, dans le métro, qui hume les odeurs de tout un chacun, et se glisse entre les mains baladeuses… Jusqu’au jour où elle rencontre l’homme aux mille parfums dans les bras duquel elle tombe immédiatement. Et s’offre à lui à même la rame, sous le regard médusé des usagers.

On rencontrera aussi Adèle, jeune femme frémissante, qui tombe amoureuse d’un punk : elle jettera toutes ses anciennes habitudes pour se plonger dans cet univers nouveau. Et surtout profiter du sexe de son nouvel amant, dont elle est littéralement amoureuse folle.

On prendra peut-être avec plaisir l’air des montagnes, le temps d’une ascension qui finira dans la plus totale nudité. Ou encore à découvrir comment Violaine, femme la plus amoureuse de son homme qui puisse être, comblée de caresses et de désir, découvrira une monogamie inédite, dans les bras d’un tout autre…

À travers les quinze nouvelles de ce recueil, on sourit, on se délasse, à l'abri de pages coquines et délicieuses. La littérature de Profane Lulu est un bruit de vague à l’oreille de l’enfant qui attendait ses vacances avec impatience. On se laisse embarquer pour des saynètes piquantes et légères au petit goût d’interdit… que l’on franchit avec allégresse.

Les personnages se croisent même, rebondissent d’histoire en histoire - personnellement, j’en ai même regretté qu’il ne soit pas plus question de leurs relations. L’occasion d’une suite ? Mais après tout, tout à fois auteur et acteur de ses propres récits, Profane reste l’homme autour duquel tournent les femmes. Un petit je-ne-sais-quoi de machiste et de nombriliste, qui deviennent des traits charmants de son caractère. Comment en vouloir à un tel homme ?

Les jupes volent, le chien aboie, et Profane contemple, amusé, les cœurs des femmes qui s’effeuillent, toujours prévenant : un gentleman séducteur moderne, presque, aux charmes multiples. Et pour les amateurs, rappelons que Dialogues, la maison d’édition, offre de pouvoir télécharger gratuitement le livre numérique de la version papier que vous avez achetée (ePub, PDF, PDF spécial lecteur ebook ou lecture en ligne directement). Ce qui vous permettra de retrouver Profane dans le métro directement sur votre téléphone, par exemple. Depuis un Acer Liquid, sous Android, je n’ai eu aucun souci : pensez simplement à bien installer les logiciels indiqués, mais il suffit de se laisser guider par les consignes.

Vous profiterez alors comme d’un secret des Brèves de sexe, qui clôturent le recueil. Des archipels d’anecdotes, entre pot-pourri et chapelet indicible, drôles et craquants.

Autres contributions de...

Avertissements de sécurité

ATTENTION ! Ne convient pas aux enfants de moins de 3 ans. Danger d'étouffement. Petits éléments. À utiliser sous la surveillance rapprochée d'un adulte.