Le Commencement d'un monde. Vers une modernité métisse, vers une modernité métisse
EAN13
9782757819364
ISBN
978-2-7578-1936-4
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
POINTS ESSAIS
Nombre de pages
496
Dimensions
0,1 x 0,1 x 0,1 cm
Poids
201 g
Langue
français
Code dewey
306.09051

Le Commencement d'un monde. Vers une modernité métisse

vers une modernité métisse

De

Points

Points Essais

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Nous vivons, véritablement, le commencement d'un monde. Vécu dans la crainte, ce surgissement correspond au naufrage du monde ancien, celui dans lequel nous sommes nés. D'où la sourde inquiétude qui habite nos sociétés. Compréhensible, elle doit être dépassée. Le monde " nouveau " qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l'émergence d'une modernité " autre ". Elle n'est plus le privilège de l'Occident comme ce fut le cas depuis quatre siècles. Nous sommes en marche vers une modernité " métisse ", plus riche, plus diverse qu'auparavant. Deux malentendus nous empêchent de prendre la vraie mesure de l'événement. On évoque un " choc des civilisations ", alors même que c'est d'une véritable rencontre qu'il s'agit. On parle d'une aggravation des " différences ", quand les ressemblances, d'une culture à l'autre, n'ont jamais été aussi fortes. Visitant posément, de l'Afrique à la Chine et de l'Inde à l'Amérique latine, les grandes civilisations en mouvement, Jean-Claude Guillebaud décrit ici l'avènement d'une prodigieuse culture planétaire. Avec ce sixième volume, Jean-Claude Guillebaud parachève sa grande " enquête sur le désarroi contemporain ", commencée en 1995 avec La Trahison des Lumières.
Jean-Claude Guillebaud Essayiste, journaliste et éditeur, il est l'auteur de nombreux essais, tous disponibles en poche dans la collection " Points ". Dernier livre publié au Seuil, en collaboration avec Jean Lacouture : Sont-ils morts pour rien ? (2010).
S'identifier pour envoyer des commentaires.