Grand Repertoire Des Machines (le), machines de spectacle
EAN13
9782742744930
ISBN
978-2-7427-4493-0
Éditeur
Actes Sud
Date de publication
Collection
Actes Sud Papiers
Nombre de pages
188
Dimensions
28 x 22 x 2 cm
Poids
455 g
Langue
français
Code dewey
792.02

Grand Repertoire Des Machines (le)

machines de spectacle

De

Actes Sud

Actes Sud Papiers

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie de l'Avenue
    Description
    In-4 28 x 22 cm. Broché, couverture à rabats, titre en blanc sur le dos et le premier plat, 128 pp.-XLVIII pp. de planches en noir et en couleur, [8] pp. de planches dont 8 repliées, sommaire. Exemplaire en très bon état
    État de l'exemplaire
    TBE
    Reliure
    Couverture souple
    Lieu de publication
    Arles
    23.00(Occasion)
Concepteur et constructeur de décors et machineries, François Delarozière explore depuis une vingtaine d'années l'art du mouvement. Spécialisé dans le théâtre de rue et intimement associé, dès 1983, à l'aventure de la compagnie Royal de Luxe, il est aujourd'hui un créateur accompli et une référence pour ses pairs.L'exposition et le livre Le Grand Répertoire dont il est l'instigateur posent un regard renouvelé sur quatre-vingts machines de théâtre. Un concentré d'âme et de mécanique, d'aventure collective et de recherche personnelle, de matière et de poésie. Car la structure d'une machine n'est jamais anodine. Les matières parlent entre elles, et confèrent à l'objet sa justesse, sa profondeur, son réalisme. Dans le choix des matériaux et de la forme, il est question d'éthique et de plaisir. C'est en grande partie ce choix qui donne du sens à son travail. Et bien sûr, au coeur de la démarche de François Delarozière, le mouvement s'avère fondateur. C'est par lui que s'insère la vie, offrant une dimension nouvelle à l'objet. Sans mouvement, le temps et les cycles ne s'incarnent pas. Il n'y a ni vitesse ni lenteur. Et donc pas d'histoire. Chef de bande, François Delarozière adore les histoires...surtout communes. Il possède le sens du partage. Mieux que ça, il en a l'impératif besoin. Ça tombe bien, l'art n'est que nécessité.
Christine Amara
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur François Delarozière