Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne [ Avec  : ] Suite du Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne
EAN13
2000140912643
Date de publication

Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne [ Avec : ] Suite du Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie du Cardinal
    Description
    1 vol. in-12, s.n., 1667 et 1668 (date in fine), 68 pp., 2 ff. blancs, 232 pp
    État de l'exemplaire
    Bon état (coiffes arasées, rel. lég. frottées, très bon état par ailleurs) Il s'agit pour le premier ouvrage d'un Abrégé du "Traité des droits de la Reyne tres-chrétienne sur divers Etats de la monarchie d'Espagne", dû à Antoine Bilain, Amable de Bourzeis, mais également attribué à Guy Joly et à François Duhan. La suite "est une Critique du Dialogue ; elle pourrait bien être du Baron de Lisola, qui était Franc-Comtois" (Lelong, II, 28848 et 28852). L'un des adversaires les plus acharnés de Louis XIV, le diplomate François-Paul de Lisola (1613-1674) dénonça sans trêve les prétentions du Roi de France sur l'Europe entière. Une intéressante description est fournie par Charles Pieters (Annales de l'Imprimerie Elsevirienne, III, 31 et 32), qui attribue en définitive le premier ouvrages soit aux presses des Elseviers, soit aux concurrents d'Amsterdam (Wolfganck ou Boom), et le second aux Presses de François Foppens, à Bruxelles. Le premier chapitre commence ainsi : "Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne. Un advocat François s'estant rencontré dans la ville de Bruxelles avec deux Advocats, l'un Flamand, & l'autre Allemend, ils eurent ensemble l'entretien qui suit". Le premier chapitre de la suite commence ainsi : "Suite du Dialogue sur les Droits de la Reyne tres-Chrestienne où se découvre la vanité des Prétentions de la France sur les Pays-Bas. Les Advocats François & Allemand s'estants rencontrez avec un Advocat Brabançon".
    Langue
    Français
    495.00 (Occasion)
S'identifier pour envoyer des commentaires.