EAN13
9782355272455
ISBN
978-2-35527-245-5
Éditeur
Confluences
Date de publication
Nombre de pages
402
Dimensions
18,5 x 12 x 3 cm
Poids
201 g
Langue
français

Joseph Epstein, bon pour la légende

Lettre au fils

De

Préface de

Confluences

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
« Il y a quelqu’un que l’on n’a pas cité et qui a eu un rôle très important, qui est Epstein. Epstein était le chef de l’ensemble des FTPF, Francs-tireurs et partisans français, de la région parisienne [et donc de la branche des FTPMOI de Missak Manouchian]. Il était sous une fausse identité, dit français, aryen. Il ne sera jamais identifié. Sauf que c’est un juif polonais qui dirigeait les FTP français de la région parisienne. Si jamais il avait craqué, si jamais il avait parlé non pas vers le bas mais vers le haut, c’est tout l’appareil de la direction du Parti Communiste Français qui tombait. Considéré comme français, Estain - Epstein - a été basculé dans un autre procès que celui de l’Affiche Rouge et fusillé au Mont Valérien [le 11 avril 1944] ».
Denis Peschanski, historien. Qui était Manouchian ? Émission Répliques, France Culture, 9 septembre 2023.
Au Panthéon, le 21 février 2024, aux 23 noms de l’Affiche Rouge dont celui de Missak Manouchian, viendra s’ajouter un 24ème, celui de leur camarade et responsable Joseph Epstein. Juif polonais originaire de Zamosc, engagé dès l’été 1936 dans les Brigades Internationales durant la guerre d’Espagne, capitaine d’artillerie sur le Front de l’Ebre, interné au camp de Gurs, engagé dans la Légion étrangère en 1939, prisonnier de guerre en mai 1940, évadé du Stalag IV B, engagé dans la Résistance dès 1941. Epstein transmet alors un rapport à l’Internationale Communiste dans lequel il indique que « nombreux sont ceux qui n’ont pas compris la politique de l’URSS et considèrent le pacte allemano-soviétique comme un acte de trahison ». Nommé en 1943 responsable des Francs-tireurs partisans de la région parisienne, il est arrêté avec Missak Manouchian le 16 novembre 1943 et fusillé au Mont Valérien sous le nom de Joseph Andrej le 11 avril 1944.
S'identifier pour envoyer des commentaires.