album claudel
EAN13
9782070123759
ISBN
978-2-07-012375-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque de la Pléiade (50)
Dimensions
17 x 10 x 2 cm
Poids
505 g
Code dewey
842.91
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Ancrages
    Description
    In-12, reliure éditeur pleine peau avec son rhodoïd et son emboîtage. Iconographie choisie et commentée par Guy Goffette. Photographies et illustrations en couleurs et en noir & blanc. 300 pp. Ouvrage en très bon état.
    État de l'exemplaire
    Bon Etat
    Mots clefs
    CLAUDEL
    Reliure
    Couverture rigide
    Lieu de publication
    Paris
    30.00(Occasion)

«S'il est un écrivain que l'image, renchérissant sur les commentaires souvent peu amènes de ses contemporains, aura plutôt desservi, c'est bien Paul Claudel. En bicorne ou tête nue, la face auréolée d'un bon sourire ou sobre et sombre comme une vertu, l'assise est sculpturale et satisfaite. Elle rappelle davantage un notaire de province que le poète souverainement marginal qu'il fut et demeure. Rien pourtant ne l'a jamais fait se détourner de l'objectif. Au contraire, Claudel a toujours l'air de s'y prêter sans vergogne, sinon sans complaisance, en familier de l'autodérision, aussi naturel en apparence dans la pose en son grand âge qu'en son adolescence, à l'heure où sa sœur Camille se faisait la main en le prenant pour modèle. Et lorsqu'il se fut, à son tour, quelque peu initié à la magie de «cet appareil à éternité qu'est la boîte photographique», il s'y adonna avec une gourmandise toute enfantine [...].
Il y a cent ans cette année, Paul Claudel inaugurait en l'illustrant d'un grand livre la naissance des Éditions Gallimard (L'Otage, mai 1911). Nous avons tenté de dégager de la masse des documents mis à notre disposition de quoi dresser un portrait rafraîchi et aussi ressemblant que contrasté de cet homme-orchestre tumultueux qui faisait danser comme personne sur les planches les images d'une vie abouchée à l'Absolu.»
Guy Goffette.
S'identifier pour envoyer des commentaires.