Frédéric le Grand
EAN13
9782213620862
ISBN
978-2-213-62086-2
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
BIOGRAPHIES HIS
Nombre de pages
648
Dimensions
21 x 13 x 0 cm
Poids
800 g
Code dewey
943.053
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Dans l’esprit d’un Français, Frédéric II est associé à la figure de Voltaire. Si tumultueuse que leur relation ait été, il lui apparaît d’abord sous les traits du roi-philosophe ami des Lumières. Probablement lui évoque-t-il encore le nom de Rossbach et le lamentable désastre du maréchal de Soubise, que l’on vit longtemps comme le signe du déclin de la monarchie française. Roi-philosophe, roi-capitaine, ces deux titres suffisent à lui valoir le qualificatif de « grand ».      De fait, Frédéric II domine de sa stature le xviiie siècle allemand. Kant ne l’appelle-t-il pas déjà « le siècle de Frédéric » ? Mais la gloire de Frédéric II ne s’arrête pas aux limites de l’Allemagne. Dans la hiérarchie des souverains du temps, il prend place aux côtés de Marie-Thérèse, sa grande rivale, et de Catherine II de Russie. La tradition reconnaît Frédéric II comme le modèle du « despote éclairé ». S’identifiant à l’Etat, il s’en regarde comme le premier serviteur.      Mais la réalité s’accorde-t-elle avec l’image ? Prétendant décider de tout, Frédéric pousse l’absolutisme jusqu’à sa pointe extrême et reste dans la mémoire collective comme un roi réformateur. Quand il met le principe de tolérance en pratique, son action se porte sur des domaines privilégiés par les Lumières.      L’autre grande affaire du règne, le rang de la Prusse en Allemagne, pose le problème du rapport des forces au sein du corps germanique. Avec la conséquence que l’affaire prend aussitôt une dimension européenne. Elle ne peut laisser indifférente aucune des grandes puissances, la France garante des traités de Westphalie, l’Angleterre sa rivale et jusqu’à la Russie qui apparaît alors sur la scène européenne. Même si d’autres facteurs interfèrent, le conflit austro-prussien enfante deux grandes guerres en Europe. Mais s’il s’agissait d’un faux procès, tant en canonisation qu’en diabolisation ? Et si l’histoire était, une fois de plus, rattrapée par le mythe ? Jean-Paul Bled, ancien directeur du Centre d’études germaniques de Strasbourg, est professeur à l’université de Paris-IV-Sorbonne, où il est titulaire de la chaire d’histoire de l’Allemagne contemporaine et des mondes germaniques. Il est l’auteur, notamment, des biographies de François-Joseph (Fayard, 1987) et de Marie-Thérèse d’Autriche (Fayard, 2001) et d’une Histoire de Vienne (Fayard, 1998).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-Paul Bled