LE MONDE LIBRE
EAN13
9782714450333
ISBN
978-2-7144-5033-3
Éditeur
Belfond
Date de publication
Collection
Domaine Étranger - Littérature
Nombre de pages
404
Dimensions
22 x 14 x 3 cm
Poids
449 g
Langue
français
Code dewey
843
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

Le Monde libre est l'histoire de la famille Krasnansky qui, venant de Lettonie, quitte la Russie et va séjourner cinq mois à Rome en attendant d'aller commencer une nouvelle vie dans un autre pays occidental. Nous sommes en 1978, le pape paul VI se meurt, un autre pape va être élu.
Arrivent donc dans Rome Samuil et son épouse Emma, leurs enfants Karl et Alec accompagnés de leurs épouses, Rosa et Polina, et des fils de Karl. Samuil est un membre jadis respecté du Parti, un vétéran de l'Armée Rouge qui souffre d'hypertension, d'arthrite te de plusieurs blessures de guerre.
Son aîné, Karl, est surtout préoccupé de saisir les opportunités qui peuvent se présenter dans le monde capitaliste. Hélas, il est peu regardant sur l'honnêteté de ses partenaires.
Le benjamin, Alec, est un jeune homme immature, un play-boy impénitent et insouciant des conséquences de ses actes. Polina, une goy, s'est récemment mariée avec lui, rompant avec sa famille -sauf sa sœur à qui elle écrit de Rome. Elle a abandonné son premier mari, Maxime, seul homme non-juif de ce roman.
Aucun de ses personnages n'est croyant ni sioniste, même s'ils gardent tous des liens avec leur histoire ou leur communauté juive. Ce n'est pas l'amour d'Israël qui les pousse à l'exil. Chacun des trois personnages principaux a ses raisons de chercher la liberté. Samuil est rejeté par ceux à qui il a été fidèle. Il regrette la vie d'avant alors même que sa famille a souffert des pogroms. Il écrit secrètement une histoire de la lutte politique et aspire à la révolution prolétarienne. C'est un homme désabusé qui voit bien que le monde n'est pas si libre. Alec est la figure de l'insouciance. Il traverse la vie sans engranger les raisons du passé et sans se fixer d'objectif stable. Puisque qu'on lui conseille le Canada, il demande à y émigrer. Puisqu'il trouve charmante une consoeur émigrée, il entame une relation avec la jeune Macha, oubliant que Polina a beaucoup laissé derrière elle pour le suivre à Rome.
Polina qui tâche de solder ses comptes avec sa vie passée et de se préparer à la vie future, qui se rappelle ses drames personnels, sa vie avec Maxim, comment son amour pour lui s'est délité, qui a confié à sa sœur toute son espérance.
David Bezmozgis écrit un beau roman en dessinant avec maîtrise des personnages qui cherchent à accéder à une autre vie, sans voir le monde qui les entoure, sans rien apercevoir de la beauté et de l'histoire de Rome. Il exalte l'aspiration à une autre vie au travers de l'exil, aspiration qui exige la perte de la vie précédente, la désintégration de son univers familial et social. Ce roman aurait pu être comique, voire ironique, nostalgique ou mélancolique, dramatique. C'est seulement une grande traversée du carnaval de l'émigration, une espèce de mosaïque de personnages qui ont décidé d'assumer l'intranquilité de la liberté.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...