Cahiers Jean Paulhan., 10, 1936-1945, Correspondance, (1936-1945)
EAN13
9782070757893
ISBN
978-2-07-075789-3
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Les Cahiers de la NRF - André Gide
Séries
Cahiers Jean Paulhan. (10)
Nombre de pages
408
Dimensions
20 x 14 x 2 cm
Poids
385 g
Langue
français
Code dewey
846.912
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Livre.com
    Description
    RO80214538: 03-2000. In-8. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 396 pages.. . . . Classification Dewey : 846-Lettres, correspondance littéraire
    État de l'exemplaire
    Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais
    Format
    In-8
    Reliure
    Broché
    20.90(Occasion)

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Cahiers Jean Paulhan.
«1936-1945 : le sas du siècle. Guerre d'Espagne, Front populaire, menace fasciste, Seconde Guerre mondiale, Résistance, collaboration, Libération, épuration. Les périls se concrétisant de jour en jour, il était intéressant d'observer comment deux hommes, qu'unit une très solide et complexe amitié, vont se comporter dans ce passage à tabac de toutes les valeurs, de toutes leurs valeurs.Ces quelque trois cents lettres éclairent l'intérieur du sas, tantôt d'une lumière crue, le plus souvent dans une sorte de clair-obscur qu'imposent successivement la précipitation des événements, la chape de l'Occupation et le jeu serré avec le C.N.É.Autre intérêt de cette correspondance : la vie quasi quotidienne de la revue de référence des années trente, La Nouvelle Revue Française. On ne compte plus les lettres où l'on discute sommaire, où l'on mesure l'apport de nouveaux écrivains (Sartre ou Gary), où l'on pratique Malraux, Gide, Chardonne, Mauriac, etc.Cette lecture croisée nous fait en outre assister à l'élaboration d'œuvres aussi essentielles que Les Fleurs de Tarbes et Terre natale. Le commerce entre les deux hommes est si délié que les divergences de goût - réelles - s'expriment aussi librement que leurs accords.Enfin, on suivra de près la chronique privée des familles et des proches. Des lieux d'où elles s'élaborent, les lettres offrent de multiples croquis sur le vif, acerbes ou émus. Concision, fermeté, humour, on a affaire sans conteste à deux maîtres du fragment.»Jean-Jacques Didier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.