Qui n'a pas tué John Kennedy?
EAN13
9782021085389
ISBN
978-2-02-108538-9
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
H.C. ESSAIS
Nombre de pages
336
Dimensions
22 x 15 x 1 cm
Poids
312 g
Langue
français
Code dewey
973.922092

Qui n'a pas tué John Kennedy?

De

Seuil

H.C. Essais

Indisponible
Elle court, elle court, la légende. Elle ne semble pas près de disparaître. Cinquante ans après l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas, qui peut dire ce que l’on sait avec certitude?

Magistrats, députés, journalistes, enquêteurs amateurs mais aussi romanciers, cinéastes : tous y vont de leur théorie. De nouvelles pistes fleurissent régulièrement et ce que l’on croyait confirmé se voit sans cesse remis en question. Mais qu’en est-il vraiment de ces complots ? Bien des supposées anomalies ont trouvé des explications rationnelles qui restent méconnues. Ainsi « l’homme au parapluie ouvert », les clochards de Dealey Plaza trop bien habillés ou encore la fameuse « piste française » évoquée par un quotidien basque et qui alimente depuis les spéculations des chercheurs américains et hexagonaux jusqu’à devenir un fait acquis : il y avait des tueurs français à Dallas, tantôt membres de l’OAS, tantôt du Milieu corse ou marseillais ! Comme bien d’autres, cette piste ne prouve qu’une chose : l’étrange facilité avec laquelle une hypothèse peut au fil du temps et des auteurs devenir une vérité indiscutable.

Vincent Quivy décortique la prolifération des théories de toute sorte et démêle les réalités des fantasmes : un seul ou plusieurs tireurs, au service, au choix, de l’URSS, la Mafia, le FBI, la CIA, l’OAS... Toutes les analyses techniques – balistique, acoustique, médecine légale…– sont ici passées au crible. Une brillante démonstration, et un récit passionnant.

Vincent Quivy, journaliste et historien, est l’auteur de Les soldats perdus. Des anciens de l’OAS racontent (Seuil, 2003), Chers élus. Ce qu’ils gagnent vraiment (Seuil, 2010) et La Justice sous Sarkozy (Seuil, 2012).
S'identifier pour envoyer des commentaires.