Les voies lacrymales
EAN13
9782294064395
ISBN
978-2-294-06439-5
Éditeur
Elsevier Masson
Date de publication
Collection
RAPPORT DE LA S
Nombre de pages
640
Dimensions
29,7 x 21 x 3,8 cm
Poids
2497 g
Langue
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie de l'Avenue
    Description
    Complet d’un DVD. In-4 cartonnage éditeur rouge et blanc. 30,5 cm sur 22. 581 pages., dans le texte dessins et photos en couleurs et en noirs et blancs sinon très bon état d’occasion
    État de l'exemplaire
    TBE
    Taille
    in-4°
    Reliure
    Couverture rigide
    52.00 (Occasion)

Le Rapport de la Société Française d'Ophtalmologie 2006 a comme thème : "LES VOIES LACRYMALES".

En 1982 le rapport du professeur Jean Royer était "l'APPAREIL LACRYMAL" qui comporte un organe de sécrétion : les glandes lacrymales au sens large un produit de sécrétion les larmes et un système d'évacuation qui sont les voies lacrymales.

Ce rapport a pour objectif de faire le point sur les connaissances actuelles des voies lacrymales d'excrétion.

Un premier chapitre concerne les données fondamentales actuelles concernant les voies lacrymales : mise au point sur l'anatomie tant macroscopique que microscopique et sur la physiologie permettant d'expliquer le trajet des larmes et les modalités d'évacuation de ces larmes depuis le bulbe de l'oeil jusque dans les cavités nasales.

Une deuxième partie fait le point sur la séméiologie lacrymale et les différentes modalités d'exploration clinique permettant d'établir un diagnostic.

La troisième partie concerne l'imagerie qui a considérablement progressé avec notamment le développement du dacryoscanner et de l'IRM lacrymale.

Les parties suivantes concernent la pathologie lacrymale tout d'abord pathologie congénitale des voies lacrymales traitant notamment de l'imperforation congénitale pathologie extrêmement fréquente puis des larmoiements à exploration instrumentale normale c'est à dire des larmoiements qui ne sont pas dûs directement à un obstacle ou à une lésion des voies lacrymales elles mêmes mais le plus souvent à des pathologies associées en particulier syndrome sec ou malposition palpébrale.

Les parties 6 7 8 et 9 traitent la pathologie lacrymale en fonction de la partie des voies lacrymales atteintes en partant du point lacrymal jusqu'aux cavités nasales et sont ainsi traitées les pathologies du point lacrymal principalement à type de sténose les pathologies canaliculaires également à type de sténose les pathologies du sac lacrymal à type de dilatation avec dacryocystite aigue ou chronique les pathologies du conduit lacrymonasal à type de sténose ou de pathologie tumorale. Les différentes causes de ces pathologies sont envisagées qu'il s'agisse de causes idiopathiques inflammatoires tumorales ou traumatiques.

La dixième partie concerne les procédés thérapeutiques. Une grande part est donnée aux techniques chirurgicales notamment les techniques qui se sont développées depuis 1982 : dacryocystorhinostomie par voie endonasale canaliculoplastie chirurgies des canalicules et des points lacrymaux utilisation de la toxine botulinique ...

La onzième partie concerne une étude prospective réalisée aux CHU de Reims et de Nancy sur deux ans recherchant les causes de larmoiement.

Enfin dans une douzième partie des tableaux schématiques donnent la conduite à tenir dans les principales pathologies.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Bruno Fayet
Plus d'informations sur Jean-Paul Adenis
Plus d'informations sur Jean-Marc Ruban