Cosquer redécouvert
EAN13
9782020655507
ISBN
978-2-02-065550-7
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
Arts rupestres
Nombre de pages
255
Dimensions
35 x 28 x 2 cm
Poids
2503 g
Code dewey
709.011
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Livre.com
    Description
    RO80172732: 255 pages augmentées de nombreuses photos en couleur dans et hors texte. 3 photos disponibles. In-Folio Relié. Etat du neuf. Couv. remarquable. Dos impeccable. Intérieur frais Classification Dewey : 550-Sciences de la Terre et des autres mondes
    État de l'exemplaire
    Etat du neuf
    Format
    In-Folio
    Reliure
    Relié
    119.00(Occasion)
La localisation extraordinaire de l'entrée de cette caverne ornée, à 37 mètres sous les eaux, est due à la montée du niveau de la mer après la fin de la dernière glaciation. L'art conservé se trouve dans les salles supérieures restées hors d'eau. Un humain et 177 animaux ont été répertoriées, ainsi que plus de 200 signes géométriques de formes diverses, 65 mains négatives, et 8 représentations de sexes. Les sols sont jonchés de charbons, restes de torches ou de feux allumés, qui servaient aux dessins. Les 24 dates obtenues par la méthode du radiocarbone ont montré que la caverne avait d’abord été fréquentée il y a 27 000 ans, puis il y a 19 000 ans.Les diverses recherches ont changé notre conception de cette grotte majeure. Compte tenu de l’étendue des zones ennoyées et du nombre des représentations découvertes dans les salles préservées, il est certain qu’à l’origine, Cosquer était l’une des grottes ornées les plus importantes d’Europe, seulement comparable à Chauvet et à Lascaux.L'examen des traces d'activités des Paléolithiques s'est révélé particulièrement fructueux et spectaculaire. Nous savons maintenant que des enfants accompagnaient les adultes et qu'on leur fit, à l'occasion, imprimer leur main sur la surface molle de la paroi, en hauteur. Tous ces détails nous les rendent très proches. Enfin, des activités particulières ont été mises en évidence : ils utilisaient vraisemblablement les matières récupérées dans la grotte comme "médecines". Il s’agit d’une utilisation du calcium, aux vertus médicinales incontestables. C'est la première fois que des activités prophylactiques probables sont mises en évidence dans une grotte ornée et se trouvent en relation directe avec l'art paléolithique. Nous avons donc à Cosquer la plus ancienne utilisation connue d’un remède spécifique.Jean Clottes, préhistorien, conservateur général du Patrimoine (honoraire), dirige au Seuil la collection «Arts rupestres».Jean Courtin, préhistorien, fut directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique et est spécialiste de recherches sous-marines.Photographe et scaphandrier professionnel, Luc Vanrell est l'inventeur de nombreuses épaves antiques et contemporaines, dont la plus célèbre est l'avion d'Antoine de Saint-Exupéry.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...