Théophile Gautier
EAN13
9782213622521
ISBN
978-2-213-62252-1
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
BIOGRAPHIES LIT
Nombre de pages
482
Dimensions
23 x 15 x 0 cm
Poids
770 g
Code dewey
848.709
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Lecomte
    Description
    - Fayard, 2004 - In-8, broché, couverture élégante illustrée, 482 pages, importante iconographie au centre en vignettes hors texte, très bel exemplaire
    État de l'exemplaire
    - Comme neuf
    Mots clefs
    Bibliographie de Théophile Gauthie, Biographie Fayard, Théophile Gauthier, Théophile Gauthie par Senneville , Littérature Française ;;
    Reliure
    Broché
    26.00(Occasion)
Théophile Gautier (1811-1872) est le personnage le plus flamboyant de l'histoire littéraire du XIXe siècle. Le gilet rouge qu'il portait lors de la bataille d' Hernani suffit à le rendre célèbre en une soirée. Puis, à vingt-quatre ans, son roman Mademoiselle de Maupin , fut considéré comme un événement par toute une génération. Prodigieusement doué, il aborda tous les genres et collectionna les succès tout au long de sa vie. Son premier ballet, Giselle , se révéla la plus grande réussite de toute l'histoire de la danse. Ses récits de voyage en firent le maître d'un genre à la mode. Le Roman de la momie et Le Capitaine Fracasse ravirent des générations de lecteurs. Mais, pour ses amis, il était d'abord un poète ; Baudelaire lui dédia Les Fleurs du Mal - on connaît la dédicace fameuse : « Au poète impeccable, au parfait magicien ès lettres françaises... », et Flaubert disait : « On reconnaîtra plus tard que c'était un grand poète. » Le feuilleton du lundi de Théophile Gautier (d'abord dans la Presse , puis dans le Moniteur ) fit de lui, pendant plus de trente ans, le critique dramatique et artistique le plus courtisé et le plus redouté de Paris. À cela s'ajoutait un réseau d'influence, car ses amis étaient innombrables. Mais il considérait son travail de journaliste, qui était à la fois son gagnepain et la source d'un pouvoir considérable sur les arts et les lettres, comme une servitude qui le détournait de son oeuvre de poète - cela ne l'empêcha pourtant pas de composer Émaux et Camées . De l'avis des Goncourt sa parole était un enchantement : ses tirades improvisées faisaient la joie des invités de la Présidente, de la princesse Mathilde ou de la Païva, et sa séduction lui valut de nombreuses aventures féminines. C'est une existence d'une richesse exceptionnelle que relate avec minutie et brio Gérard de Senneville.
S'identifier pour envoyer des commentaires.