Journal inutile (Tome 2-1973-1976), Volume 2, 1973-1976, Volume 2, 1973-1976
EAN13
9782070759859
ISBN
978-2-07-075985-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Les Cahiers de la NRF - André Gide (2)
Nombre de pages
880
Dimensions
20 x 14 x 4 cm
Poids
887 g
Langue
français

Journal inutile (Tome 2-1973-1976)

Volume 2, 1973-1976, Volume 2, 1973-1976

De

Autres contributions de

Gallimard

Les Cahiers de la NRF - André Gide

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Livre.com
    Description
    R240053428: 876 pages - bande d'éditeur consérvé - tranche de gouttière légèrement tâchée. texte établi et annoté par Laurent et Véronique Boyer. In-8 Broché. Etat d'usage. Tâchée. Dos satisfaisant. Intérieur frais Classification Dewey : 848-Ecrits divers, citations, journaux intimes, souvenirs, mémoires
    État de l'exemplaire
    Etat d'usage
    Format
    In-8
    Reliure
    Broché
    59.25(Occasion)
Ce journal couvre les dernières années de la vie de Paul Morand, de juin 1968 à avril 1976 : trente-deux cahiers manuscrits, déposés par lui à la Bibliothèque Nationale, et un dernier cahier inachevé.Suivant les volontés de l'auteur, leur contenu ne devait être ni consulté ni publié avant l'année 2000. Il entendait ainsi les mettre à l'abri des indiscrétions et commentaires de ses contemporains.Ces notes rédigées au fil des jours, sans se relire ni se corriger, mêlent rencontres, propos rapportés, réflexions personnelles sur les événements actuels et évocations du passé, lectures et voyages. Écrit tantôt au feutre, tantôt au Bic, tantôt au stylo ou au crayon, accompagné de feuilles volantes, de pages arrachées à des carnets, de photographies, de coupures de journaux, de lettres épinglées (certaines, d'époques diverses, sont réunies dans les Annexes du tome II où figure également un index général), ce Journal se présente comme une œuvre qui n'est pas si éloignée des collages des peintres. Il comporte même quelques petits dessins manuscrits, des dizaines de cartes postales et de papiers d'hôtels à en-tête de tous les pays du monde. Cosmopolite comme son auteur, révélant, comme lui-même l'écrit, son envie jusqu'à la fin «d'être ailleurs».
«Je n'ai que des riens à transmettre : d'où ce titre de Journal inutile ; ces riens, je les offre à l'an 2000 [...].»
S'identifier pour envoyer des commentaires.