I, Œuvres complètes (Tome 1)
EAN13
9782070114856
ISBN
978-2-07-011485-6
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque de la Pléiade (34)
Nombre de pages
1440
Dimensions
18 x 12 x 3 cm
Poids
580 g
Langue
français
Code dewey
844.4

I - Œuvres complètes (Tome 1)

De

Autres contributions de

Gallimard

Bibliothèque de la Pléiade

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Les Kiosques
    Description
    1998, NRF Gallimard, in-12 plein cuir de 1378 pages, étui blanc, signet, rhodoïd, collection bibliothèque de la Pléiade, ce volume contient: documents, les coniques, introduction à la géométrie, correspondance avec Fermat sur la règle des partis, le triangle arithmétique, la machine arithmétique, écrits sur le vide et l'équilibre des liqueurs, les provinciales, autres polémiques religieuses, introduction, chronologie, note sur la présente édition, notices, notes, variantes par Michel LE GUERN
    État de l'exemplaire
    Bon état général, complet de son étui et de son rhodoïd, étui légèrement abimé aux coins, rhodoïd légèrement déformé sur le dos et aux coins,
    Langue
    Français
    45.00(Occasion)

«Cet effrayant génie», dit Chateaubriand. L'impression dominante n'est pourtant pas l'effroi, mais la fascination. Une fascination que les siècles n'altèrent pas et que Pascal explique lui-même : «On s'attendait de voir un auteur et on trouve un homme». Pascal ne se comporte pas en auteur, il ne construit pas une œuvre littéraire : il se contente de répondre aux sollicitations de Port-Royal, et de se battre pour la vérité, scientifique, morale, religieuse.À côté des Provinciales et des autres polémiques religieuses, le premier volume de cette nouvelle édition des Œuvres complètes de Pascal contient des documents sur le personnage, ses travaux touchant la géométrie, les probabilités, l'arithmétique (dont la célèbre «machine arithmétique») et la physique - tous textes qui, pour être ceux d'un scientifique de génie, n'ne sont pas moins écrits dans la langue d'un honnête homme.Outre des Lettres, différents Opuscules et autres écrits, le tome II et dernier contient les Pensées.Les Pensées sont les papiers d'un mort. Non pas une œuvre posthume. Nous n'avons pas l'œuvre, mais nous avons l'atelier.Depuis trois siècles, les interprétations n'ont pas manqué. Si les Pensées ont continué à susciter un intérêt aussi aigu, c'est que chaque époque les a comprises de manière différente.Puisque les Pensées sont les papiers d'un mort, il faut les présenter dans l'état où on les a trouvées, dans le même ordre, même si l'on n'y voit que désordre, et se laisser prendre par leur vertige.
S'identifier pour envoyer des commentaires.