EAN13
9782915412239
ISBN
978-2-915412-23-9
Éditeur
Huguet
Date de publication
Collection
Rencontre (23)
Nombre de pages
56
Dimensions
18 x 12 x 0,4 cm
Poids
70 g
Langue
français
Code dewey
709.44

Légèreté, suspension

Éric Manguelin rencontre Jacques Barry, Francis Tuzet, Gisèle Jacquemet, Anna Gaume

Huguet

Rencontre

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

Cette collection regroupe des rencontres entre artistes et Eric Manguelin. Eric Manguelin désire faire jouer la complémentarité entre art et philosophie. Son parti pris est de rencontrer les artistes plasticiens autour de leur travail.Jacques Barry – Rencontre du 30 juillet 2003Il a fallu que ta génération se débarrasse d’une idéologie, d’une lecture de l’histoire de l’art, et en définitive d’une chape de plomb, héritée des années 70. Tu n’as cependant pas pu faire l’économie d’une traversée de toutes ces étapes. Si tu acceptes aujourd’hui de voir dans ton travail une dimension poétique, il ne fallait pas dans les années 70 parler de poésie, de subjectivité. C’est donc pour toi une reconquête. [...]Francis Tuzet – Rencontre du 21 mai 2003Tu travailles actuellement sur des œuvres que tu nommes “ectoplasmes”. Dans les sciences occultes, les ectoplasmes sont des formes visibles possédant certaines propriétés physiques. Ils sont parfois émis par le médium en état de transes. Tu donnes cependant à ce mot un sens plus large : fantôme, apparition, illusion. [...]Gisèle Jacquemet – Rencontre du 24 juillet 2003L’usage du papier imprimerie de qualité très ordinaire est dominant dans tes dernières installations. Tu le coupes généralement en bandes, sur lesquelles tu appliques de l’huile pour les rendre réactives à la lumière et les amener vers quelque chose de plus organique. [...]Anna Gaume – Rencontre du 14 juin 2003Tu exécutes des portraits de plain-pied et de face, où tu demandes à ton modèle de poser comme il le veut. Tu le peins à l’aquarelle. Le visage est beaucoup plus détaillé que le reste : la bouche, le nez, les yeux sont à chaque fois plus travaillés, et du coup plus présents, plus réels. Tu peins le corps entier, ce qui donne à l’ensemble une grande verticalité, crée une pesanteur et ramène ces personnages à leur condition d’êtres humains. [...]
S'identifier pour envoyer des commentaires.